Des tuiles solaires au service des énergies propres

tuiles solairesLes tuiles solaires en verre constituent les nouveaux éléments incontournables lors de la construction d’une maison. Une toiture en verre permet, en effet, de concilier énergies vertes et critère esthétique.

Pour ceux qui désirent se mettre à l’heure de l’innovation dans le solaire, la toiture en verre qui fonctionne à l’aide de capteurs solaires constitue un must.

 

Les tuiles en verre, comment ça marche ?

Pour que la toiture en verre puisse fonctionner, on place un capteur solaire thermique sous une toiture transparente. Le ou les capteurs solaires ainsi installés se chargent, par la suite, d’emmagasiner les rayons du soleil et la chaleur du jour. Ceci n’a donc rien à voir avec le puits de lumière qui lui a juste pour but d’apporter plus de lumière naturelle dans une maison.

Parallèlement, si la toiture prévoit un système d’aération, l’air qui se trouve entre les tuiles et le revêtement se charge d’énergie et devient plus chaud. L’intérieur de la maison se réchauffe alors. Cette même chaleur peut aussi être stockée par les capteurs solaires durant l’été pour pouvoir être restitué en hiver afin de chauffer la maison. Ce système peut être couplé avec l’utilisation d’un chauffe-eau solaire et il se présente comme l’idéal pour bénéficier d’un dispositif de chauffage efficace utilisant des énergies renouvelables.

Les tuiles en verre présentent la caractéristique de stocker de l’énergie solaire, même lorsque l’intensité lumineuse est faible et que le soleil est bas par rapport à la situation de la toiture en verre.

 

Les conditions requises pour un bon fonctionnement de la toiture en verre

Bien que le capteur solaire puisse fonctionner même dans un contexte dans lequel la luminosité est faible, le bon fonctionnement de la toiture en verre requiert un positionnement de 45 degrés par rapport au soleil. En dessous de 15° de pente, toutefois, le rendement du solaire n’est pas assuré. Il est donc conseillé d’opter pour des dispositifs muraux.

 

Les avantages de ce type de toiture

C’est à travers cette utilisation des énergies propres grâce au toit en verre qu’il devient possible de mesurer le rendement du solaire. Ce dernier se traduit par une économie substantielle évaluée à 300 et 500 kWh/m²/an d’énergie pour un coût de 200 €/m².

Un autre avantage de ce recours aux énergies vertes repose sur le fait qu’il n’est pas impératif de ne pas procéder à un remplacement de toute sa toiture pour l’installation de la toiture en verre. Il faut juste l’intégrer sur une partie du toit pour pouvoir jouir des avantages des énergies vertes.

Pour pouvoir bénéficier des avantages des énergies propres à travers une toiture en verre, il importe de faire appel à un expert. Ce dernier est le mieux placé pour déterminer les caractéristiques du dispositif à mettre en place pour l’installation des capteurs solaires. De plus, il est plus à même d’indiquer à son client quel genre de capteur solaire convient le mieux à son habitation.

 

L’utilisation des tuiles solaires pour plus d’énergies propres

tuiles photovoltaïquesLa tuile solaire constitue une autre incontournable en matière d’utilisation d’énergies propres. Mises en place en 2008, les tuiles solaires offrent de grandes possibilités en ce qui concerne les énergies renouvelables.

La tuile solaire présente, outre cela, l’avantage de parfaitement s’intégrer à la toiture. Il n’est ainsi pas nécessaire de tout refaire, il suffit juste de remplacer la partie sur laquelle la tuile solaire va être posée.

Une autre caractéristique des tuiles solaires : elles sont interchangeables entre elles. Si on en pose plusieurs sur des surfaces différentes, il est possible d’en prélever quelques-unes sur l’une des surfaces pour les mettre à la place des autres installées ailleurs. De plus, plus il y a de tuiles solaires, plus la toiture produit de l’électricité. Ceux qui désirent entièrement pencher pour les énergies renouvelables trouvent en ce type de tuile une solution idéale.

 

Caractéristiques et fonctionnement des tuiles solaires

On a souvent tendance à comparer le dispositif mis en place à partir de ces tuiles aux panneaux solaires. Et pourtant, à la différence des panneaux solaires, cette installation met ses utilisateurs à l’abri des pannes de courant. L’utilisation de ces tuiles n’est pas limitée : elles peuvent, par exemple, être reliées au système de sécurité de la maison. Dans ce cas, elles prennent le relais en cas de coupure d’électricité.

La tuile photovoltaïque, une autre alternative pour profiter de l’énergie solaire

La toiture photovoltaique se présente comme un dispositif recourant à des panneaux photovoltaïques pour pouvoir fonctionner. Ce type de toiture utilise une tuile photovoltaïque pour pouvoir capter l’énergie solaire. Cette dernière est transformée en électricité grâce à des cellules. A leur tour, les panneaux photovoltaïques emmagasinent ou délivrent cette énergie. Même en hiver, il est donc possible d’utiliser ce dispositif : les panneaux photovoltaïques restituent l’énergie qu’ils ont stockée.

A ses débuts, la tuile photovoltaïque était connue pour ne pas être très esthétique. Actuellement toutefois, la toiture photovoltaïque est beaucoup plus discrète. Ce qui laisse la possibilité de choisir une forme de toiture adaptée à l’architecture de sa maison. Un simple clip permet d’installer ce type de tuile au niveau de la toiture.

Une toiture photovoltaïque offre aussi l’avantage de s’intégrer à la couverture de la toiture, contrairement aux capteurs solaires qui peuvent requérir une installation pour l’adapter aux caractéristiques du toit. De plus, le dispositif photovoltaïque est silencieux. Aucun investissement supplémentaire n’est requis pour le bon fonctionnement du dispositif. La tuile photovoltaïque dispose d’un double emboîtement qui garantit une parfaite étanchéité de ce dispositif. De même, son pouvoir couvrant est le même que celui d’une tuile classique.

 

L’installation d’une toiture photovoltaique

installation panneaux solairesCette démarche nécessité une autorisation. Pour obtenir cette dernière, il faut procéder à une demande d’autorisation auprès de la mairie. Sans l’aval de la mairie, les panneaux photovoltaïques ne peuvent être installés.

En plus de cette demande, le propriétaire de la maison doit déposer une demande de raccordement auprès de l’ERDF. Ce dernier enverra au demandeur, au bout de dix jours, une proposition de raccordement et le numéro de contrat qui y fait référence. Le propriétaire dispose, par la suite de trois mois pour refuser ou accepter cette offre.

Les équipements nécessaires pour l’installation de ce type de toiture sont :

  • Les modules photovoltaïques constitués par des panneaux destinés à emmagasiner l’énergie solaire pour la transformer en énergie. En fonction du budget et des besoins du propriétaire, ces modules peuvent être clippés sur la toiture, dans le cas d’une installation non intégrée ou intégrés à la toiture d’origine. Dans ce cas, le remplacement de la toiture est effectuée par le propriétaire.
  • Un onduleur. Ce dernier est incontournable pour pouvoir transformer l’énergie solaire en courant alternatif. Ce type d’électricité présente les mêmes caractéristiques que le réseau électrique couramment utilisé. Cet onduleur doit être régulièrement changé pour pouvoir assurer la qualité de fonctionnement du dispositif.
  • Le raccordement pour que l’installation puisse être connecté au réseau public de distribution d’électricité. Cette opération donne lieu à des frais dont le montant varie selon les modalités techniques de l’installation photovoltaïque.

 

En ce qui concerne le coût, le prix de ce type de dispositif ne fait pas l’objet d’un encadrement particulier. En fonction du prestataire auquel on s’adresse et en fonction des matériaux utilisés, ce coût varie. De plus, selon que les panneaux sont intégrés ou simplement clippés, ce prix varie aussi.

En plus du coût relatif à l’installation proprement dite, ce prix est majoré par le coût de l’assurance du dispositif. Une assurance de responsabilité est impérative. Elle peut ou non être intégrée à l’assurance habitation. L’installation d’une toiture photovoltaïque augmente donc la cotisation à payer par le propriétaire.

Ajoutée à ces différents coûts, une taxe doit être payée. Elle est relative à l’utilisation du réseau d’électricité. Le montant de cette taxe n’est pas fixe et fait l’objet d’une révision régulière.

Afin d’amoindrir les frais que les propriétaires doivent assumer pour profiter de l’énergie solaire, l’Etat prévoit un crédit d’impôt relatif à l’achat d’un dispositif photovoltaïque. Ce crédit d’impôt n’est toutefois pas accordé à tous ceux qui désirent procéder à une telle installation : il faut que cette dernière constitue l’équivalent d’une puissance inférieure ou égale à 3kW.

La conformité aux normes des matériaux est aussi vérifiée pour obtenir le crédit d’impôt :

  • EN 61215, CEI (ou IEC) 61 215 pour des panneaux en silicium cristallin
  • NF EN 61646, CEI (ou IEC) 61646 pour des panneaux en couches minces.

 

Pour pouvoir utiliser des énergies propres, dans un dessein écologique ou dans un dessein économique, il est possible d’opter pour différentes solutions de toitures. Celle pour laquelle le propriétaire va opter dépendra de son budget, des caractéristiques de sa toiture mais aussi de ses besoins et de ses attentes.

Voici une petite vidéo qui vous montrera un peu plus ce que sont des tuiles solaires: http://www.youtube.com/watch?v=gb4pZppvouA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *