Les nuages : une source illimitée d’énergie et d’eau potable ?

Comme nous le savons tous, l’heure est critique pour l’environnement et tout le monde doit prendre ses responsabilités. Justement, les grands savants, consternés et touchés par les problèmes environnementaux, ne cessent de faire des recherches pour tenter de sauver la terre et la préserver pour les générations futures. Dernièrement, ce sont les recherches sur les énergies renouvelables dont on entend le plus parler. À ce propos, les équipes de recherche sont établies dans le monde entier pour tenter de trouver des solutions durables et faisables qui règleront les problèmes d’énergie. Parmi ces équipes de recherches, il y a celle du russe Andreï Kazantsev. En effet, ce dernier a trouvé le moyen d’exploiter les nuages pour avoir de l’énergie et de l’eau potable. Explications.

Air HES

Quelques mots sur les nuages

Avant de faire le point sur les recherches de l’équipe d’Andreï Kazantsev, il convient de faire un petit rappel sur la formation des nuages et ce qu’ils sont en réalité.

Sachez alors que les nuages viennent en premier lieu du réchauffement de la surface terrestre. En effet, la surface terrestre chauffée produit de la vapeur d’eau et c’est cette vapeur qui s’élève et qui forme les nuages que l’on voit. C’est le premier processus de formation des nuages.

En outre, ils peuvent aussi venir du relief et c’est la raison pour laquelle on voit souvent des nuages sur les sommets des montagnes. Cela est dû à la rencontre de l’air chaud de la terre avec l’air froid des reliefs et outre la formation des nuages, cette rencontre peut aussi provoquer des précipitations.

Enfin, il est aussi possible que les nuages soient formés suite à la rencontre des fronts chauds avec les fronts froids. En mots simples, cela veut dire que de l’air chaud et sec rencontre de l’air froid et humide, ce qui provoque la condensation de l’eau et la formation de nuage.

Vous l’aurez compris, les nuages que l’on voit dans le ciel sont essentiellement composés de gouttelettes d’eau ou de cristaux de glace, ce qui explique l’existence de la pluie et la neige.

 

Le point sur la méthode d’Andreï Kazantsev

Maintenant que vous connaissez l’essentiel à savoir sur les nuages, voici maintenant ce qu’Andreï Kazantsev et son équipe ont fait pour exploiter les nuages.

Connaissant très bien le processus de formation des nuages ainsi que leur composition, ce chercheur a un jour imaginé un système intelligent qui pourrait exploiter leur potentiel. Dernièrement, lui et son équipe ont mis à exécution les résultats de leur recherche sur les nuages en élaborant un appareil nommé Air HES.

Ce fameux Air HES est un dispositif jugé écologique et composé par un grand filet de 10 m² accroché à un dirigeable et relié à la surface de la Terre par un tuyau. Le dirigeable peut s’élever à plus de 2 km de la surface de la Terre et élève ainsi le filet. Le filet, quant à lui, capte l’humidité contenue dans les nuages et la dirige vers la terre par le biais d’un tuyau.

L’eau récoltée passe dans une minicentrale hydroélectrique pour être traitée et sera ensuite dirigée vers un grand bassin. Cette eau récoltée est potable et peut être transformée en électricité. À terme et avec un financement de 5 millions de dollars, Andreï Kazantsev estime que son dispositif pourrait fournir de l’eau potable et de l’électricité à une ville de 100 000 habitants.

Air HES test

Andreï Kazantsev et son équipe ont de quoi être fiers de leur découverte, car, Air HES pourrait très bien fonctionner. Si leur méthode fonctionne, une partie du problème énergétique sera efficacement réglée et il en est de même pour les problèmes d’eau potable et l’on pourra produire de l’électricité chez soi. En outre, si l’efficacité de cette méthode se confirme, non seulement cela transformera les nuages en source illimitée d’énergie, mais ils seront en plus le premier sur la liste en matière d’énergie renouvelable. Malheureusement, comme pour le cas des autres recherches sur les énergies renouvelables, la découverte du chercheur russe Andreï Kazantsev est encore en phase d’essai. C’est donc aussi, une étude à suivre et à suivre de très près, car elle pourrait révolutionner le monde et régler un grand nombre de problèmes écologiques et énergétiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *