Où sont situés les parcs éoliens en France ?

parcs éoliensAvec le réchauffement climatique et les différentes catastrophes nucléaires de ces dernières années, l’ensemble des pays développés a décidé de s’orienter vers de nouvelles formes d’énergies jugées moins dangereuses vis-à-vis de l’environnement : le solaire, l’éolien ou encore l’hydrolien.

Ce qui fait que les énergies renouvelables sont de plus en plus présente dans notre pays et que les parcs éoliens et les fermes solaires se construisent eux aussi de plus en plus.

Nous allons nous pencher dans cet article sur le parc éolien français, et plus particulièrement sur leurs capacités de production, sur la localisation de ceux-ci, sur leur développement à court et à long terme.

 

Quelques Chiffres concernant les parcs éoliens en France

Fait généralement méconnu, le parc éolien français se classe à la troisième place de l’ensemble des parcs européens en terme de puissance avec plus de 6 792 MW (Méga Watt) à la fin de l’année 2011.

Selon les données de RTE (Réseau de Transport d’Electricité), filiale d’EDF et unique gestionnaire du réseau public de transport d’électricité, 2,2% de la production total d’électricité provenait des éoliennes, ce qui représente 11 ,9 TWh pour l’année 2011.
L’objectif à l’horizon 2020 affiché par les géants de l’énergétique français est d’atteindre 23% d’énergie renouvelable sur l’ensemble de la production annuelle, et cette hausse passe majoritairement par un développement des parcs de petite taille ne contenant que quelques pièces.

 

L’énergie éolienne en France

Les parcs éoliens en France sont quasiment tous situés dans les terres et sont réparties de façon très inégale sur l’ensemble du pays. L’inauguration des premières éoliennes offshore est prévue à l’horizon 2017/2018 afin d’atteindre les objectifs du grenelle de l’environnement à l’horizon 2020.
On compte sur l’ensemble du territoire près de 1035 installations raccordées au réseau électrique et capables de produire de l’énergie. Néanmoins cette notion d’ « installation » dont la définition a été édictée par le Commissariat général au développement durable est relativement imprécise puisqu’elle désigne sous le même terme une petite éolienne qu’un grand parc de plusieurs dizaines de pièces.
eolienneLa répartition de la production des parcs éoliens se fait de façon très inégale, puisque près de 56% de la capacité de production est réunie dans seulement 5 régions en France : Champagne-Ardenne (970 MW), Picardie (875 MW), Bretagne (678 MW), Centre (666 MW) , Lorraine (621 MW).

Cette répartition ne semble pas uniquement dépendre des conditions climatiques propres à chacune des régions mais aussi de facteurs économiques, politiques, sociaux, la région la plus ventée de France ( le Languedoc Roussillon) ne faisant pas partie des régions les mieux dotées!
Enfin il est important de remarque que la majorité de l’énergie éolienne provient de la partie nord de la France, la région Aquitaine ne possédant aucunes éoliennes raccordées au 1er janvier 2021, et les régions du Sud-Est ne produisant que de 1 à 50 MW chacune.

 

Développement et Enjeux des éoliennes en France

La filière en France est une filière très active qui emploie plus de 10 000 personnes, d’après l’organisation France Energie éolienne. Avec les objectifs élevés fixés à l’horizon 2020, de nombreux projets de développement de parcs éoliens en France sont en cours actuellement. Parmi eux on peut citer le projet de parc éolien de Courseulles qui a récemment beaucoup fait parler de lui dans l’opinion publique.

Au début de l’année 2012, le gouvernement Fillon a attribué la réalisation de quatre parcs éoliens offshore (Saint-Brieuc, Saint-Nazaire, Fécamp, Courseulles-sur-Mer) à un consortium alliant EDF, Alstom et l’entreprise danoises Dong Energy suite à un appel d’offre. Il est prévu d’installé près de 75 éoliennes offshore au large des côtes pour une capacité de production estimée à 450 MW, ce qui en ferait un des plus importants parc éolien de France. Néanmoins des discussions sont encore en cours, avec notamment les conclusions du débat public révélées début Septembre par la CNDP (Commission National du Débat Public) qui montrent bien que l’éolien est une énergie qui attire, mais qui fait aussi peur avec l’ensemble des nuisances qu’on peut imaginer pour un parc offshore.

Ainsi les parcs éoliens Français sont en train de connaître une véritable mutation depuis les dix dernière années avec une hausse de près de 65% de sa capacité de production, une diversification de ses sites et une amélioration du rendement. Néanmoins de graves inégalités subsistent au niveau de la répartition des éoliennes, et laisse la possibilité en réalité d’augmenter encore significativement la production par une implantation judicieuse de parcs, des régions comme le Languedoc-Roussillon ou l’Aquitaine n’étant pas encore exploitées à leur plein « potentiel énergétique ». Finalement le challenge des années à venir va être d’exploiter à son maximum le potentiel éolien français, classé second en Europe, afin de réussir à atteindre les objectifs pour l’horizon 2020.

1 Commentaire

  1. Quentin

    L’éolien est actuellement l’énergie renouvelable la plus aboutie et la moins chère (si on excepte le bois qui reste la meilleur énergie renouvelable et l’hydroélectricité dont le potentiel futur n’existe plus). Malheureusement, l’état n’encourage pas du tout l’éolien, au contraire, il ne freine. Il est aujourd’hui quasiment impossible d’installer de nouvelles éoliennes tant les contraintes réglementaires sont fortes.

    Les nuisances de l’éolien sont extrêmement minimes. En termes de bruit, il est plus facile de vivre à côté d’une parc éolien que d’une route où même d’une ferme. D’autre part, ceux qui parlent de modification de paysages naturels devraient se rappeler que les champs ne sont pas des paysages naturels !
    La seule vrai nuisance de l’éolien est technique : il s’agit de la stabilité du réseau électrique. Mais, premièrement, pour en arriver là, on peut encore multiplier la capacité installée de la France par 5, secundo, cela peut se gérer via des investissements sur le réseau (qui seront de toute façon nécessaires dans le cadre de la transition énergétique).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *