Energie renouvelable: 9,5 millions d’euros de levées de fond

énergie renouvelableUne société de capital-risque a été créée dans un objectif de promotion de l’énergie renouvelable. La région Rhône-Alpes est l’instigateur de ce projet qui a permis de lever près de 9,5 millions d’euros.

Les énergies renouvelables sont, de nouveau à l’honneur grâce à cette forme d’investissement qui a récolté un montant record en France, dans le domaine.

 

Les énergies renouvelables de nouveau dans l’ordre du jour

Pour la région Rhône-Alpes, l’énergie renouvelable figure parmi les priorités. Pour pouvoir privilégier l’utilisation de ce type d’énergie, la région a effectué une levée de fonds qui lui a permis de récolter 9,5 millions d’euros. La moitié, soit 5 millions d’euros, constitue un apport de la région et le reste est financé par des investisseurs spécialisés, des producteurs d’énergie ainsi que des banques.

Pour cette première, le président de la région est très optimiste puisqu’il affirme espérer un effet de levier qui permettra de réaliser un bénéfice estimé à 100 millions d’euros dans les projets d’énergie renouvelables de la région.
De même, les investisseurs affichent aussi le sourire puisque le directeur général adjoint de la Banque Populaire des Alpes a confirmé accorder son soutien à une quinzaine de projets dans les trois ans à venir.

 

Pourquoi les énergies renouvelables ?

L’énergie renouvelable est issue de sources permanentes et inépuisables. A l’opposé des énergies traditionnelles et de l’électricité, cette forme d’énergie (énergie solaire, par exemple) n’est pas polluante tout en étant économique sur le long et le moyen terme.
De plus, cette énergie peut être disponible dans plus de pays, par rapport aux autres types d’énergie qui peuvent ne pas exister dans certains endroits du globe. Tel est, par exemple, le cas des énergies issues des combustibles fossiles dont la présence est conditionnée par celle du pétrole. L’énergie renouvelable ne met ainsi pas en péril la fourniture en énergie des pays qui l’utilisent. Sur le moyen et le long terme, l’énergie renouvelable permet de réaliser des économies, voire même de générer des bénéfices. L’investissement de départ est ainsi vite amorti. Ce qui rend ce type d’énergie très intéressant.

L’énergie solaire, l’éolien, l’hydraulique, le géométrique et la biomasse constituent autant de sources qui peuvent se substituer aux sources d’énergie plus classique. Elles peuvent aussi contribuer à influer positivement sur le prix de l’électricité en faisant baisser son tarif.

  • L’énergie solaire tire son essence du soleil. Elle permet une transformation en chaleur, ou en électricité. Les panneaux photovoltaïques et le panneau solaire de manière général fonctionnent grâce à cette forme d’énergie. Ils constituent, grâce à cette faculté, une solution incontournable pour faire baisser le prix du kWh d’électricité. Pour les particuliers et certaines entreprises, elle offre la possibilité de s’équiper en chauffe-eau solaire.
  • L’éolien permet de produire de l’électricité grâce à un générateur. Il se base sur la force du vent pour ce faire. Bien qu’il se trouve parfois être la cause d’une force nuisance sonore, les avantages des éoliennes sont indéniables.
  • L’énergie hydraulique, quant à elle, consiste à stocker de l’eau afin de la transformer en électricité. La mise en place d’un barrage hydraulique est, de ce fait, requise.
  • L’énergie géothermique puise dans la chaleur du noyau terrestre. Elle peut servir à booster le chauffage au sein des habitations de ceux qui l’utilisent ou encore à produire de l’électricité.

De plus, l’énergie renouvelable constitue la solution pour réduire l’émission de gaz à effet nocif. Ces derniers se trouvent à l’origine de l’effet de serre qui engendre la destruction de la couche d’ozone. Il existe, en plus de cela, des sources qui fournissent de l’énergie et qui n’en sont encore qu’à un stade de balbutiements.

 

La mise en place de l’énergie renouvelable en France

barrage hydrauliqueLa levée de fonds effectuée par la région Rhône-Alpes constitue une grande première en France. Une situation qui laisse transparaître la priorité accordée à l’énergie renouvelable dans le pays. La preuve : les solutions alternatives pour produire de l’électricité ne sont pas encore tout à fait au point, les panneaux photovoltaïques et le panneau solaire constituent pratiquement un luxe. Du côté des particuliers, l’utilisation d’un chauffe-eau solaire demeure encore rare.

La France figurait parmi les premiers de la classe en matière d’énergies renouvelables dans les années 80. Elle a même projeté pendant des années d’investir dans la recherche d’énergie alternative. Mais par la suite, la mise en application du protocole de Kyoto a entraîné la part des énergies renouvelables en France : elles ne pèsent que 8 % sur la balance de la consommation intérieure brute d’énergie dans le pays. Ce dernier dispose pourtant de plusieurs ressources renouvelables qu’il est possible d’exploiter. Si on se réfère aux chiffres, le photovoltaïque figure parmi les sources intéressant le plus de monde en France, vient ensuite l’éolien. Mais cet intérêt ne se reflète pas encore tout à fait dans les investissements jusqu’ici effectués.

En ce qui concerne l’électricité, 15 % de la production est issue de l’utilisation des énergies renouvelables. Ce qui est loin des 21 % planifié pour 2010.
La France applique une politique paradoxale dans le cadre de la mise en place d’une politique d’énergie renouvelable : la quantité d’énergie renouvelable produite a été démultipliée au cours des années 2000 mais parallèlement, l’électricité a aussi reconquis les cœurs.

Actuellement, la France prend des engagements auprès de ses partenaires européens pour que 23 % de sa consommation énergétique soit issue des énergies renouvelables d’ici 2020. Un objectif trop ambitieux ? Selon le président du Syndicat des énergies renouvelables, il est réaliste. Seul un cadre tarifaire et réglementaire reste à mettre en place.
Les responsables étatiques doivent prendre leurs responsabilités en la matière : pour le photovoltaïque, le prix de l’électricité a baissé à quatre reprises. Aucune information n’a cependant été communiquée au public, dans ce sens.

Dans le domaine de l’éolien, la mise en place d’un parc éolien est plus difficile en France que partout ailleurs en Europe. Le cadre juridique ne favorise pas la mise en place d’une telle infrastructure. La loi Grenelle de 2010 précise, par exemple, qu’un minimum de cinq éoliennes est exigé pour pouvoir construire un tel parc. Ce qui ne permet pas au projet de petite envergure de prendre forme.

 

Le nucléaire vs les autres sources d’énergie

Energie renouvelable est souvent synonyme d’énergie nucléaire en France. Or, plus cette tendance s’accroît, plus l’importance des autres sources d’énergie s’amenuise. Les moyens financiers pour investir dans ces autres sources en sont alors amoindris. Les Français ne voient pour le moment pas l’intérêt d’investir dans un chauffe-eau solaire, par exemple, alors qu’ils peuvent bénéficier d’un tarif préférentiel avec un ballon d’eau chaude électrique.

L’Etat, de son côté, possède toujours la mainmise sur la production et la consommation de ce type d’énergie. En matière d’énergie biomasse, par exemple, il demeure le seul responsable des appels d’offres diffusés. Or, l’Etat a tendance à miser sur les grandes entreprises. Les petites entreprises locales n’ont pas la possibilité de postuler pour ces offres. Les collectivités locales se plaignent alors de ne pas disposer des compétences nécessaires en matière d’énergie. Ce qui freine le développement du secteur.

 

L’Allemagne, major de sa promotion en matière d’énergie renouvelable

énergie solaireQu’il s’agisse d’énergie biomasse ou autre, l’Allemagne se présente comme la championne en la matière. Par rapport à elle, la France est coupable d’un retard d’une dizaine d’années. Les équipements en matière d’énergie renouvelable (panneaux solaires, éoliennes et autres) sont ainsi issus des manufactures allemandes.

En Outre-Rhin, le nombre de personnes employées dans le secteur se chiffre à un peu moins de 400 000 personnes contre un peu moins de 95 000 individus en France.

Petit avantage de la France : l’existence d’une main-d’œuvre locale disponible pour la mise en place de l’énergie renouvelable dans le pays. Ce type de projets nécessite des milliers d’individus chargés de leur implantation et de leur maintenance. Si elle sait en profiter, la France peut alors voir l’écart entre l’Allemagne et elle s’amenuiser. Une autre possibilité pour le pays : investir dans un secteur qui effectue encore ses premiers pas. Tel est le cas de l’éolien offshore ou encore des énergies marines. Mais encore une fois, pour pouvoir se positionner comme l’un des leaders en la matière, la France doit mettre en place un cadre juridique favorisant le développement des énergies renouvelables.

Si toutes les régions de la France s’investissaient dans la mise en place du secteur du renouvelable, comme le Rhône-Alpes, le pays pourrait faire partie du podium de ceux qui déploient le plus d’efforts pour la réduction des gaz à effet de serre.

1 Commentaire

  1. nat

    En effet, la région Rhone-Alpe est une exemple à suivre pour les autres régions. D’autant plus que le secteur des énergies renouvelables est très porteurs pour l’emploi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *